Célébration du Centenaire du 1er Congrès Panafricain

Publié Laisser un commentaire

 

Premier jour : (9 août
2019)

Matinée

07:00 – 08:30

Arrivée des congressistes
et invités dans les lieux du congrès et
enregistrement.

08:30 – 09:45

1. Allocution d’introduction du président de la
JEPA – Lunus Fogap. (15
min)

2. Présentation du Bilan du bureau sortant par le Secrétaire
Général. (15 min)

3. Présentation du bilan financier – Mme Marlyse
Tsakam (15 min)

4. Présentation du Bilan des Travaux de la Commission
Documentation –
Patrice Kouangain/Roger
Yebeutchou (30 min)

09:45 – 10 :15

Pause

10:15 – 11:00

Parole aux JEPA-Régionales (Gabon, Côte
d’Ivoire, Togo, etc…)
pour présentation de leurs travaux

11 :00 – 12 :00

Présentation et Adoption des amendements
des Statuts.                                                          

12 :00 – 12 :30

Pause

12 :30 – 13 :30

Election d’un nouveau bureau

13 :30 – 15 :00

Déjeuner

Après-Midi

15:00 – 18:30

Après-midi touristique avec des visites entre autre au
Centre
Climatique
de Dschang, au Musée des Civilisations, de la Chute de « Mami
Wata »,

des
Plantations de Thé de Djuttitsa à Bafou, etc…

Deuxième jour :
(10 août 2019)

Matinée

8:00 – 9:00

Arrivée des congressistes et invités dans les lieux du
congrès

9:00 – 10 :45

Table ronde sur le thème :

Les défis de l’Afrique en ce 3ème Millénaire

Conférenciers : Charles Onana,
Parfait Ndom, Prof. David Pouhè

11:15 – 13:15

Travaux en Ateliers


Les dangers qui guettent l’Afrique (Atelier
animé par Charles Onana) :

o
Piège de l’endettement

o
Morcellement de l’Afrique

o
Risque de compromettre d’avantage l’autonomie de l’Afrique


L’Afrique face aux appétits des grandes puissances (Atelier
animé par
Parfait Ndom)

o
L’Afrique est une poule aux œufs d’or qui attire la convoitise des
grandes
puissances (États-Unis, Russie, UE, Chine)

o
Quelle stratégie faut-il adopter face à la volonté de domination de ces
grandes
puissances ?


L’industrialisation de l’Afrique (Atelier
animé par Prof. David Pouhè)

o
Passage d’une économie basée sur l’exportation des matières
premières
vers une économie basée sur le savoir pour la
transformation des matières
premières.

13:15 – 14:45

Déjeuner

Après-Midi

15 :30 – 17 :30

Table ronde sur le thème :

Néo-Panafricanisme et Souveraineté Continentale


Conférenciers : Prof. Jean-Claude Touankap,
Prof. Nicolas Agbohou,
Prof. Francois Ndengwe, Prof.
Théophile Obenga

Soirée

20:30 – 24 :00

Gala

– Remise des prix des universités/clubs de la JEPA

Diner


Lecture des poèmes/Sketch


Kwassa Kwassa

troisième Jour (11 août 2019)

Matinée

8:00 – 9:00

Arrivée des congressistes et invités dans les lieux du
congrès

9:00 – 11:00

Travaux en Ateliers

Thèmes :

La souveraineté nationale est-elle compatible ou incompatible
avec le panafricanisme ?
(Atelier
animé par Prof. Jean-Claude Touankap)


Panafricanisme et souveraineté monétaire. (Atelier
animé par Prof. Nicolas
Agbohou)


Panafricanisme et souveraineté militaire. (Atelier
animé par Prof. Francois
Ndengwe)


Éducation, Science et Culture dans un État supranational
panafricain
.
(Atelier
animé par Prof. Théophile Obenga)

11:00 – 11:30

Pause

11 :30- 13 :30

Présentation des Résultats des Ateliers et
adoption des
Recommandations.

13:30 – 15:00

Déjeuner

15:00 – 15:30

Présentation du programme/plan d’action de la
JEPA pour les cinq
prochaines années par le nouveau bureau. (45
min)

15:30 – 16:00

Allocution de clôture du congrès par le président élu et fin
des
travaux

16:00

Fin du
congres

DEMANDE DE RESTITUTION DES OBJETS D’ART VOLES EN AFRIQUE PAR L’ONG JEUNESSE PANAFRICAINE

Publié 17 Commentaires




A L’ATTENTION DE LA FRANCE, BELGIQUE, ESPAGNE, l’ANGLETERRE, L’ALLEMAGNE ET DU RESTE DE LA « COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE »

OBJET : DEMANDE DE RESTITUTION DES OBJETS D’ART VOLES EN AFRIQUE

L'ONG Jeunesse panafricaine (JEPA) en collaboration avec les musées africains et les organisations de la société civile africaines vous présente cette pétition relative à la  restitution des objets d'arts volés pendant la colonisation et retenus dans les musées européens à l’instar du musée de Tervuren (Belgique), du Quai-Branly à Paris (France), de la Royal Academy of Arts à Londres (Angleterre), des musées ethnologiques tels le Humbolt Forum à Berlin (Allemagne), etc…

À la lumière des études menées par des chercheurs sur cette spoliation des biens culturels africains, il ressort que :

1- Près de 90% du patrimoine culturel africain est détenu hors du continent ;

2- 70 à 90% de ce patrimoine a été extirpé du continent dans un contexte colonial ;

3- 90.000 objets d’art numérisés sur l'Afrique subsaharienne et Madagascar sont  répertoriés dans les musées français dont 75 000 dans le musée du Quai-Branly mis en  place par Jacques Chirac ;

4- le musée de Tervuren dans les mêmes formes détient une partie de la grande et  prodigieuse histoire de l'Afrique centrale et du Congo sur la civilisation bantou;

5- 10.000 à 15.000 objets d’art d’origine africaine sont répertoriés dans les musées
ethnologiques en Allemagne ;

6- les pans entiers de la féconde et riche histoire de l’Égypte ancienne, du pays de Kusch, de l’empire du Mali-Songhay, des Royaumes du Dahomey, du Benin, du Congo, du Monomotapa, etc… ont été extirpés et emportés en Europe.

Ces pièces volées, ces trésors pillés, cette dignité bafouée, cette histoire tronquée et niée  à dessein par certains intellectuels et penseurs du colonialisme ainsi que par certains  hommes politiques tel que Nicolas Sarkozy doivent être rétrocéder à l'Afrique.

Car cela participe non seulement à la restauration de la mémoire et conscience historique africaine,  de notre identité mais aussi et surtout de notre patrimoine culturel tout particulier.

De Dakar à Nairobi, du Cap au Caire, de Kinshasa à Lomé, de Yaoundé à Addis Abeba,
levons nous comme un seul homme pour exiger la restitution totale des objets d'arts  volés en signant cette pétition en cliquant le lien au fond de la pétition.

Fait à Dschang , le  17 février 2019.

Lunus Fogap, LE PRESIDENT  La JEPA.





RDC / PRESIDENTIELLE 2018 : S’ACHEMINE TON VERS UNE ÉLECTION LIBRE CRÉDIBLE ET TRANSPARENTE EN RDC AVEC LA PRÉSENCE DES OBSERVATEURS DU CONSEIL AFRICAIN POUR LA DÉMOCRATIE !

Publié Laisser un commentaire

RDC / PRESIDENTIELLE 2018 : S’ACHEMINE TON VERS UNE ÉLECTION LIBRE CRÉDIBLE ET TRANSPARENTE EN RDC AVEC LA PRÉSENCE DES OBSERVATEURS DU CONSEIL AFRICAIN POUR LA DÉMOCRATIE !

 

BONJOUR L’ AFRIQUE!
BONJOUR LE MONDE!

 

Peaufiner la méthode de travail et effectuer les derniers réglages, tels étaient les points essentiels de la première réunion des observateurs du Conseil Africain pour la Démocratie (C.A.D).

Rassemblés à l’hôtel kempinski à Kinshasa, ces témoins des élections se sont accordés pour un scrutin « free and fair », c’est-à-dire libre et équitable. Pour se faire, ils ont établis un plan de travail qu’ils se sont donné pour mission de respecter scrupuleusement.
Première destination ce 19 décembre, la commission électorale nationale indépendante (CENI), pour notifier leur présence sur le terrain congolais et s’enquérir des prescriptions du code électoral national, outil majeur pour mieux travailler.

Ensuite, visite des quartiers généraux des différents candidats à la présidentielle. Les observateurs entendent également assister à certains grands meetings. Enfin, des délégations seront constituées pour aller dans toutes les zones géographiques, villes et campagnes et rencontrer au plus près les ethnies et classes sociales. Le but étant d’écouter les populations de façon neutre, tout en prenant en compte leurs attentes concernant les prétendants à la magistrature suprême. Des notes qu’ils consigneront par écrit à la fin dans un rapport.

Ces observateurs doivent donc tout ausculter. Notamment, la manière dont les listes électorales sont établies, le déroulement de la campagne ; mais aussi s’assurer de l’ouverture des urnes, du bon empaquetage des bulletins de vote, la taille ou encore la forme des enveloppes…. Un travail de fourmi en quelques jours. Objectif, porter les irrégularités, les fraudes ou tous autres problèmes important à l’attention des fonctionnaires électoraux sur place. Souveraineté nationale et non ingérence obligent, les observateurs se contenteront de veiller au bon déroulement de l’élection.

Cette première rencontre a été présidée par NDIKURIYO Reverien, vice président de la commission du CAD, également Président du Sénat du Burundi. M. NKAMTO Gilbert est le rapporteur de cette commission. Parmi les autres membres on pouvait compter : François BIYIMANA, Calixthe BEYALA, Célestin DJAMEN, Dominique FOUSSE, Arlette SAFOU LANDOU, Me Jean De Dieu MOMO et I. BARANDAGYIR. D’autres personnalités venant de divers pays africains sont encore attendues pour compléter la liste des observateurs de la CAD et accomplir cette mission de transparence électorale en République Démocratique du Congo. Notamment l’ex- président béninois, YAYI BONI, qui est le président de la commission du Conseil Africain pour la Démocratie.

Cameroun: Présidentielle 2018; Les candidats Biya et Kamto recrutent chez Afrique Média

Publié Laisser un commentaire

 Cameroun/Présidentielle 2018 : Les candidats Biya et Kamto recrutent chez Afrique Média

Chapeau : Pour renforcer leurs dispositifs de campagnes, le président sortant et son principal challenger, ont choisi chacun des analystes de la chaîne panafricaine pour s’assurer la victoire. Afin de mieux défendre le septennat et l’image de son candidat, le RDPC a porté son choix sur l’avocat international Jean de Dieu Momo et l’opposant – activiste panafricaniste- André Banda Kani. Au MRC, le professeur Maurice Kamto a confié sa voix et la gestion de son plan média personnel à Olivier Bibou Nissack ; et Célestin Djamen a été fait secrétaire national chargé des droits de l’Homme et de la gouvernance au sein du parti…

Au Cameroun, l’une des plus grosses attractions de la présidentielle 2018, est le déploiement grandeur nature d’importants panélistes de la chaîne panafricaine Afrique Média, aux côtés des candidats du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (RDPC) et du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Tout au long de la campagne, l’on a ainsi découvert à travers les médias du pays et sur le terrain, Jean De Dieu Momo et André Banda Kani défendant le bilan du président sortant. Ils avaient été sollicités quelques mois plus tôt par l’Etat major du parti au pouvoir, pour accompagner le candidat Paul Biya, avec leurs partis politiques respectifs. Membre d’une coalition baptisée G20, les deux consultants d’Afrique Média ont souvent pris la parole dans des meetings du RDPC pour demander un plébiscite de Paul Biya le jour du scrutin.

Contre vents et marées, au MRC, Maurice Kamto a choisi Olivier Bibou Nissack – panafricaniste engagé et habitué des plateaux d’Afrique Média – pour porter sa voix et l’accompagner dans sa stratégie média personnelle, tout au long du processus électoral. Suscitant parfois le courroux de certains caciques du parti qui voyaient le poste acquis à un militant de la première heure. Le président du MRC s’est aussi entouré de Célestin Djamen, également analyste sur Afrique Média TV. Nommé secrétaire National en charge des droits de l’Homme et de la gouvernance, celui qui rejoint la scène politique camerounaise en 2011, après des études à La Sorbonne en France, s’est aussi illustré par un apport conséquent dans la communication du parti depuis l’ouverture du processus électoral.

Wilfried Ekanga, analyste géopolitique et géostratégique de la chaîne, depuis 2016, a lui aussi trouvé sa place dans l’entourage du professeur Maurice Kamto. Il s’est particulièrement illustré par son éloquence face aux pontes du régime sur les plateaux télé, au point d’être surnommé le « tueur de profs».

Esclavage des filles Camerounaises au Koweït: L’ONG Jeunesse panafricaine lance un appel à solidarité

Publié 4 Commentaires

Esclavage des filles Camerounaises au Koweït: L’ONG Jeunesse panafricaine lance un appel à solidarité

 

♠Quand les cas de l’esclavage des jeunes africaines et africains ainsi que leur mutilation en Libye nous ont été récemment révélés, nous nous sommes tues et nous nous taisons encore ; nous ne vivions pas leur douleur.

 

♠Quand nos enfants meurent noyés et assassinés en Méditerranée, nous tournons le regard. La Méditerranée semble trop éloigner pour nous.

 

♠Quand les jeunes africaines furent mutilés et torturer au Liban, nous ne nous sentions pas concerner car ce n’étaient pas nos sœurs et connaissances directes.

 

Africaines, africains, sous nos yeux se passent un drame. Le drame de nos sœurs au moyen orient et   singulièrement au Koweït.

 

Sous nos yeux, nos mères, sœurs et filles sont chosifiées, violées, privées de liberté, blessées dans leur dignité de femme, soumises à l’esclavage et à des traitements inhumains moyenâgeux de toute nature, torturées à mort pour certaines au Koweït en ce 21e siècle. Des traitements dégradants et cruels en contradiction avec l’esprit de la déclaration universelle des droits de l’homme des nations unies.

 

Les images et vidéos de torture provenant de là nous ont tous émus. Rester silencieux et passif face à  Cette négation de la dignité et humanité de l’Homme Africain est inacceptable et ne peut perdurer. C’est  pourquoi l’ONG Jeunesse Panafricaine (JEPA) ; prient toutes les africaines et tous les africains de bonne  volonté, singulièrement les premières dames, les dirigeants politiques, les hommes d’affaires, les acteurs  de la société civile, les sportifs et les artistes de se joindre à eux afin de venir en aide à nos mères, sœurs et filles en situation de détresse au Koweït en faisant un geste. Un geste qui pourra soit permettre  d’acquérir chacune un titre de transport pour un retour dans leurs pays respectif, soit aider à leur  réinsertion sociale.

 

Faites vos dons en suivant le lien ci-dessous:

Sauvons nos sœurs au Koweït : Cliquez ici:

 

L’ONG Jeunesse Panafricaine (JEPA); profite de cette appelle pour remercier l’association « Les enfants Monique les fous de cœur » pour la prise en charge de quelques billets d’avion.

 

Contact des filles en détresse disponible via WhatsApp : +965 50283064 ; +965 50021645

 

Contact centre de détention des filles (communication en anglais) : +965 65034962

 

Contact Jeunesse Panafricaine : +237 75 632018, +237 694647725 Suivre sur Facebook et la page web

 

Contact Les enfants Monique – les fous de Cœur : +32 4867698 48. Suivre sur Facebook

 

 

 

PÉTITION: L’ONG JEUNESSE PANAFRICAINE S’ENGAGE POUR LA LIBÉRATION DU PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO ET LE MINISTRE CHARLES BLE GOUDE.

Publié 105 Commentaires

 

 

A L’ATTENTION DE LA CPI ET DE LA COMMUNAUTE  INTERNATIONALE

 

                    OBJET : DEMANDE DE LIBERATION DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO ET DU MINISTRE CHARLES BLE GOUDE

                    L’ONG jeunesse panafricaine (JEPA) en collaboration avec les organisations de la
société civile africaine vous présente cette pétition relative à la déportation et à
l’incarcération injuste du président Laurent GBAGBO et du ministre Charles BLE
GOUDE, et au regard des motifs suivants :
                    1- l’inaptitude de la cour pénale internationale (CPI) à fournir les preuves depuis
le début du procès;
                    2- l’incapacité du procureur de la cour, Mme Fatou BENSOUDA à justifier ladite
théorie du complot ourdi par le président GBAGBO pour se maintenir au
pouvoir;
                    3- l’incapacité des 82 témoins de Mme Fatou BENSOUDA à apporter la
moindre preuve;
                    4- les témoignages à décharge de certains témoins à charge présentés par le
procureur de la cour;
                    5- la violation des délais raisonnables de détention préventive au-delà des
standards de la cour européenne des droits de l’homme, de la justice
internationale et de toutes les juridictions sur les délais de détention
provisoire;
                     6- les révélations bien documentées de la part de MEDIAPART sur les
échanges de mails entre certaines personnalités politiques et l’ex-procureur
OCAMPO afin de s’ingérer dans la vie politique ivoirienne et comploter contre
l’injuste et injustifiable destitution, arrestation et déportation du président
Laurent GBAGBO;
                     Nous demandons la libération inconditionnelle du président Laurent GBAGBO et
du ministre Charles BLE GOUDE, ainsi que le retour immédiat dans leur pays natal
en vue de la réconciliation et la paix.
LE PRESIDENT , LUNUS FOGAP

CLIQUEZ  ICI POUR SIGNER LA PETITION

Coup de tonnerre à la CPI :::: Une jeune femme musulmane, dénommée Maryam, rend visite à l’ex leader de la galaxie patriotique, le ministre Charles Blé Goudé.

Publié 9 Commentaires

Cette visite montre clairement que le ministre Blé Goudé  n’était pas contre la communauté musulmane, comme l’avait révélé la procureure Fatou Bensouda à l’ouverture du procès le 28 janvier dernier.

Bonjour à tous les africains,

Bonjour à tous les ivoiriens,

 

Je m’appelle Maryam.

Le jeudi 19 juillet 2018, j’ai rendu une visite de courtoisie au Ministre Charles Blé Goudé à la prison de Scheveningen à La Haye.

 

J’avoue que je ne m’attendais pas à ce qu’il réponde favorablement à ma demande de visite. En effet, je ne le connais que de nom. Vu que c’est un homme politique célèbre, j’étais étonnée qu’il accepte de me rencontrer sans me connaître.

J’avais envie de discuter avec lui, poser toutes les questions qui me taraudaient l’esprit depuis. J’ai donc soumis ma demande de visite et grande fut ma surprise de recevoir le mail d’acceptation du Ministre Charles Blé Goudé qui approuvait ma demande.

 

Je ne pourrais pas vous décrire la joie qui a envahie mon coeur. Me voilà donc aujourd’hui, ici, devant la prison de La Haye, moi, Maryam,  ivoirienne, musulmane et voilée reçue par Charles Blé Goudé qu’on nous avait dépeint comme détestant les musulmans.

Tout un symbole!

Comme pour dire à ceux qui ont divisé la Côte d’Ivoire,  que nous ne sommes qu’un seul et même peuple.

Charles Blé n’a jamais détesté les musulmans bien au contraire il les a aidé à plusieurs reprises quant il était en liberté.

 

Ma présence devant cette prison prouve que le Ministre Charles Blé Goudé est un homme ouvert et j’ai voulu prouver que malgré qu’il n’est pas de la même religion que moi nous avons échangé sur tous les sujets concernant notre patrie : la Cote d’ivoire.

Je lui ai donc témoigné toute mon admiration et mon respect en tant que femme musulmane.

 

J’ai passé 3 heures avec le Ministre Charles Blé Goudé. 3 heures au cour desquelles nous avons beaucoup discuté. Il m ‘a fait beaucoup rire et je l’ai fait rire aussi. Les policiers présents dans la salle étaient étonnés de nous entendre rire ainsi aux éclats.

 

Charles Blé Goudé est vraiment quelqu’un qui a la main sur le coeur, il aime tous les ivoiriens sans distinction d’ethnie ou de religion. Et il m’a reçu alors qu’il ne me connaissait pas. Mais le simple fait qu’il a su que j’étais ivoirienne, africaine a suffit pour qu’il accepte. C’etait une fierté pour moi d’être en sa compagnie durant ces 3 heures, parce-que je pense qu’il est celui qui pourra nous apporter enfin cette réconciliation dont la Côte d’ivoire a besoin. Car il a fait le tour des mosquées en Côte d’Ivoire , il a fait des dons aux mosquées, il a même donné de l’argent a l’imam de San Pedro à l’époque.

 

Je veux être avec ceux qui posent les actes concrets pour que les ivoiriens et les ivoiriennes se réconcilient.

J’invite tous les musulmans et les musulmanes de Côte d’Ivoire à faire preuve de bon sens, en suivant ceux qui parlent de réconciliation véritable afin que tout soit mit en place pour que cette réconciliation soit concrète.

 

Voyez-vous, un imam s’est fait arrêter pour avoir dit une vérité, pour avoir donné son opinion. Il est depuis quelques jours incarcéré, certains imams sont traqués et d’autres ont peur de parler pour ne pas subir la foudre du pouvoir actuel. Quant on sait que c’est un musulman qui est au pouvoir : quel paradoxe ?

Alors que son gouvernement et lui ont prétendu représenter les populations du nord, aujourd’hui ils arrêtent les icônes de notre communauté sans raison valable au yeux de la loi.

 

Tandis que les musulmans se font massacrés au Nord, emprisonnés sans raison, je vous rappelle qu’un homme a passé sa vie à combattre aux mains nues, à organiser des caravanes de la paix, à s’asseoir dans les mosquées avec les imams et passer des messages de paix. Cet homme c’est Charles Blé Goudé. S’il était là jamais un imam ne serait emprisonné pour avoir donné son opinion !

Jamais au grand jamais !

 

Être un bon musulman c’est être juste et non injuste. Et c’est être fort et courageux pour combattre l’injustice non pour l’aider à se propager.

Je demande à Allaah qu’il fasse que la Côte d’Ivoire dans son ensemble se retrouve comme un seul homme, et que nous vivions tous ensemble dans la paix et l’harmonie. Que Allaah protège la Côte d’Ivoire.

 

Vive la paix, vive la réconciliation,  vive le vivre ensemble en Côte d’Ivoire ,  vive ma patrie que j’aime et que je défendrais pour moi même et pour les futurs générations.

Vive la Côte d’Ivoire !

Que la paix soit avec nous !

Maryam.

Crise anglophone au Cameroun: Déclaration de la JEPA et pétition

Publié 3 Commentaires

Fait à Dschang, le 08 juillet 2018: Déclaration de la JEPA au sujet de la crise socio-politique au Cameroun

 

La société civile camerounaise à travers l’association Jeunesse Panafricaine (JEPA) dont l’objectif est de réaliser une plus grande unité et solidarité entre les camerounais et les peuples d’Afrique et de promouvoir la coopération et le développement dans tous les domaines de l’activité humaine en vue de relever le niveau de vie citoyens, vient en ce moment solennel se prononcer au sujet de la crise sociopolitique dans les parties Nord-ouest et Sud-ouest du Cameroun.

Au moment où le dialogue tant prôné et souhaité par la majorité des camerounais tarde à prendre corps, la Jeunesse Panafricaine (JEPA) reste convaincu que l’unique voie de sortie de la crise reste et demeure le dialogue. C’est pourquoi la JEPA, en dépit des épisodes regrettables qu’a connus le Cameroun plus précisément dans la partie Nord-ouest et Sud-ouest lors des manifestations qui au départ était coopératisme, mais se sont muer au fil du temps a des revendications sécessionnistes et violentes entrainant ainsi le déplacement des milliers de personnes, la paralysie des activités socio-économiques et causant la mort de plusieurs personnes.     C’est fort de cette situation quelque peu compliquée et complexe que la JEPA insiste sur la voie du dialogue comme solution efficace pouvant régler cette crise.

La JEPA invite donc tout le peuple camerounais sans exception à voir en cet acte hautement républicaine et patriotique, la volonté de la jeunesse africaine à réaliser ensemble le rêve d’une grande nation, uni, prospère, stable et souveraine.

La JEPA appelle au rétablissement de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire national.

La JEPA appelle à un dialogue kameruno-kamerunais dans l’optique d’un apaisement tant souhaité de part et d’autre afin de renforcer de la cohésion nationale.

La JEPA appelle tous les partis politiques, la société civile, les chefs religieux et coutumiers ainsi les Camerounaises et Camerounais épris de paix à lancer une caravane de paix à travers le Cameroun et singulièrement dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

La JEPA invite par ailleurs à la relance économique dans l’ensemble du Cameroun afin de résoudre le chômage de masse et singulièrement des jeunes.

La JEPA réitère son désir profond de voir les politiques jouer le rôle qui est le leur pour le retour de la paix au Cameroun.

La JEPA croit fortement que le dialogue inter camerounais est non seulement symbole de rapprochement entre frère d’un même pays mais surtout aussi porteur d’espoir et d’engagement pour un nouveau contrat social.

La JEPA appelle toute la diaspora camerounaise où qu’elle se trouve à se mobiliser autour de cet appel au dialogue lancer par la JEPA pour l’intérêt supérieur de la nation Camerounaise et de l’Afrique.

LE PRESIDENT (LUNUS FOGAP)

 

Cliquez ICI

Signez la petition pour une fin de la crise dans les regions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun.

 

 

Le panafricanisme: votre point de vue

Publié 1 Commentaire

D’après vous: le panafricanisme c’est quoi?

 

Le panafricanisme est un mouvement politique qui promeut l’indépendance du continent africain et encourage la pratique de la solidarité entre les Africains et les personnes d’ascendance africaines, où qu’ils soient dans le monde.

Le panafricanisme est à la fois une vision sociale, économique, culturelle et politique d’émancipation des Africains et un mouvement qui vise à unifier les Africains du continent et de la diaspora africaine en une communauté africaine globale. Le cœur de son principe est la croyance que les peuples d’Afrique et de la diaspora partagent une histoire et une destinée commune et que leur progrès social, économique et politique est lié à leur unité. Son objectif ultime est la réalisation d’une organisation politique intégrée de toutes les nations et peuples d’Afrique.

Le mot « panafricain » est apparu à la fin du XIXe siècle lors de la préparation de la Première Conférence panafricaine de 1900. Historiquement, l’idée se développe en réaction aux conséquences du démantèlement progressif de l’esclavage en Amérique. L’expansion du panafricanisme se retrouve dans les écrits et discours de quelques figures fondatrices, parmi lesquelles Edward Wilmot Blyden et Anténor Firmin. Au début du XXe siècle, d’autres figures telles que Bénito Sylvain ou W. E. B. Du Bois contribuent à l’affirmation politique du projet panafricain.

Avec la décolonisation, celui-ci prend une ampleur nouvelle et se retrouve incarné par des dirigeants tels que Kwame Nkrumah. Encore aujourd’hui, le panafricanisme s’exprime en Afrique comme dans les anciennes puissances coloniales dans les domaines politique, économique, littéraire ou encore culturel. La plus large organisation panafricaine aujourd’hui est l’Union africaine.

L’unité et la Souveraineté de L’Afrique: Mythe ou réalité ?

Publié 4 Commentaires

L’unité et la Souveraineté de L’Afrique: Mythe ou réalité?

Selon vous : L’unité et la souveraineté de l’Afrique sont-elles une mythe ou une réalité? Au moment où certains Africains forgent pour voir une Afrique unie et souveraine (tout comme avant les indépendances), d’autres pensent plutôt que nous devons accepter le statu quo et attendre tout de l’occident. les points de vu étant divergents, quelle est votre opinion?